La baisse de l'or est de plus en plus étrange. J'en ai déjà parlé ( http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/02/15/26424157.html ), toutefois nous avons là une baisse importante, rapide et inquiétante sur la plan technique. Aussi j'ai bien réfléchi et envisagé un autre scénario.

J'entends parfois dire que l'or baisse car la confiance remonte. C'est une absurdité pour toute personne ayant un minimum de connaissances en analyse technique et fondamentale. Au contraire, je commence à penser que l'or baisse car la panique s'installe ( auprès des initiés ). Il se pourrait que le marché en vienne à anticiper une forte déflation... voire un krach ( boursier ) sévère...

En effet, j'étais rassuré par l'idée que les krachs boursiers précédaient les baisses sur l'or, toutefois les faits récents pourraient être l'exception qui confirme la règle. Je m'explique. L'or est monté ces dernières années du fait de l'afflux de liquidités, et l'or a servi de refuge contre l'inflation. Il avait consolidé début 2008 ( -30 % ) alors que les indices actions commencèrent à baisser fin 2007 ( -50 % pour le DJIA ). Néanmoins l'or est à un niveau historiquement élevé. L'or est même très proche de son sommet historique de 2011.

Par contre sur le plan macro-économique les nuages s'amoncellent. Les statistiques confirment peu à peu que l'Occident entre en récession, aussi bien les USA, le Japon, que la France et... l'Allemagne. J'explique depuis longtemps que l'Allemagne serait tôt ou tard touchée par la crise et qu'à ce moment-là, je l'espère, nos gouvernements feront preuve de davantage de lucidité. Mais j'avais expliqué aussi en 2006 que l'Allemagne était de nature a être plus affectée par les crises que bon nombre de pays. En résumé, il me semblait que le DAX donnait un très bon reflet de la crise ( l'idée était de jouer la baisse du dax avec des turbo-puts puis la hausse par des turbo-calls ). En outre, les entreprises allemandes sont des "valeurs de croissance" : elles fonctionnent très bien quand il y a de la croissance mais se retrouvent en situation catastrophique lorsqu'apparaît la récession. Par conséquent ( et sans parler des banques allemandes qui ont trempé dans les prêts aux pays du sud de l'Europe ), l'Allemagne serait en première ligne du front en cas de récession. Sur le plan fondamental, tout est prêt : les déficits budgétaires des États ont toutes les chances d'augmenter, les clients de l'Allemagne ( le reste de l'Europe en particulier ) diminuent leurs achats vers Allemagne, la dette augmente, les États font de l'austérité, les USA sont face à leur fiscal cliff...

Voilà sur le plan théorique. Sur le plan pratique, hormis les mauvaises statistiques, les choses ne sont pas encore claires. Le DAX est au-dessus de son sommet de 2011 mais sous son sommet de 2007 ( autour des 8100 points ). Difficile de voir les prémices d'un krach pour l'instant. Le dow jones ( djia ) est quant à lui sur sa résistance vers 14.000 ( son sommet de 2007 ), qu'il ne parvient pas à dépasser malgré de multiples tentatives depuis début février. Mais là encore, même si une consolidation est à redouter, rien ne permet de certifier qu'un krach va se produire de manière imminente. J'ai déjà parlé du CAC mais son problème est d'être de toutes façons très bas, donc plus complexe à analyser, et l'indice eurofirst 80 lui ressemble beaucoup. Enfin le vix est à un creux ( au-dessous encore de son creux d'avril 2011 ), ce qui n'est pas bon signe. En fin de compte, la question qui demeure est pourquoi les actions montent ? J'ai déjà donné mon point de vue : cette hausse est totalement bidon, sans force et sans volume ( comme si elle était créée artificiellement ) : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/01/30/26290559.html

En conclusion, je ne donne pas de preuve d'un krach imminent mais je voulais vous faire partager mon explication sur cette baisse de l'or. Mon flair me dit que ça sent mauvais sur l'économie et sur les actions. C'est subjectif mais le flair d'un bon chien est souvent plus efficace que plusieurs centaines de kilos de gadgets high-tech... D'ailleurs mon flair avait bien senti le krach de 2011 et 2008 alors que sur les graphiques du dax en 2011, la chute a été brutale et presque sans signe annonciateurs ( en 2007, il y avait eu davantage de signes ).

J'essaierai donc de refaire le point dans cette nouvelle optique. Toutefois si ce scénario se confirmait ( si c'était le cas, nous le verrions en cours d'année 2013 ), que faudrait-il faire ? En principe toutes les matières premières se prendraient une claque, l'or y compris ( c'est l'effet de panique, les investisseurs rapatrient leurs capitaux, recherchent du cash, etc. ). Mais l'or a déjà pas mal baissé. A court terme, il vaudrait mieux être liquide mais à long terme l'or resterait le meilleur placement ( rappelez-vous il baisse peu quand tout baisse et il monte le reste du temps ). Les actions françaises baisseraient mais je plaindrai essentiellement les actionnaires allemands ou américains. Et surtout, en ces périodes, il faut jouer la sécurité ( et pas la rentabilité ), encore plus quand la situation bancaire est aussi mauvaise. Et pour terminer, en 2008 et 2011 l'or en euros n'a pas été un mauvais placement, du fait de la baisse de l'euro. Il est probable qu'en cas de krach boursier même mineur l'euro rebaisse. Or ces derniers mois, avec le rebond enthousiaste des actions, l'euro est remonté avec une parfaite corrélation, aggravant la baisse de l'or. Cela n'est peut-être pas fini mais si d'aventure les actions chutaient, l'euro suivrait certainement et l'or offrirait une bonnne sécurité. Voir : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/02/06/26345496.html

Je ne veux paniquer personne. Donc si vous devez retenir une seule chose de cette analyse, c'est que l'or ne baisse pas parce que la confiance renaît ( comme il est dit dans les médias ) mais plus probablement parce que la situation est catastrophique et s'aggrave. Il n'est pas certain que les actions subissent un krach ( même si j'en ai de plus en plus la conviction ) mais la situation des indices action est très dangereuse. Je m'en tiens à l'écart autant que je peux. Je tenterai d'approfondir cette hypothèse déflationniste sur l'or.