Suite à ma précédente alerte, j'ajoute divers éléments que je n'avais pas donné l'autre soir étant un peu fatigué...

- Concernant la déflation, ou plutôt la recessflation ( http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/01/15/26163990.html ), il n'y a rien de nouveau, et je pense que c'est un fait établi nous sommes dans une recessflation.

- Concernant les marchés action, rien en effet ne justifie des cours si élevés du dow jones, du dax ou du nasdaq, si ce n'est l'inflation... Mais l'inflation est un piètre argument. Il ne résistera pas longtemps en cas de crainte des investisseurs ! Le CAC ou l'eurostox sont bas mais je ne crois toujours pas à la hausse ( http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/01/30/26290559.html ).

- Concernant la baisse de l'or. On peut imaginer que compte tenu qu'il a été proche de son sommet historique, compte tenu des manipulations financières ( http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-consolidation-backwardation-et-gold-rush-silencieux--perspectives.aspx?article=4254804448G10020&redirect=false&contributor=Fabrice+Drouin+Ristori.&mk=2 ) , compte tenu de la propagande médiatique ( visant à faire croire que tout va mieux sur le plan économique, que les actions ont une dynamique haussière, que se réfugier sur l'or est devenu ridicule - même si cette argument est répété depuis l'an 2000, il fonctionne toujours - ), il est possible qu'il y ait eu non seulement des ventes d'or mais aussi de simples prises de bénéfices. Rien de dramatique. Il est possible aussi que du fait de la crise, de nombreuses personnes ait eu besoin de revendre leur or afin de faire face à leurs besoins financiers quotidiens. Enfin dans ce contexte, il est possible que la baisse de l'or ait précédé celle des actions car l'or est 57 % plus haut qu'en 2007 et 400 % plus haut qu'en 2000. Dans le même temps, par exemple, le NASDAQ est à peu près au même niveau qu'en 2007et 40 % plus bas qu'en 2000, ou le CAC 40 est à la fois bien plus bas qu'en 2007 et qu'en 2000. Dans ces conditions, les investisseurs peu avertis ont pu préférer vendre leur or que leurs actions...

- l'euro a aussi bien remonté. Cette hausse a aggravé la baisse de l'or d'une part. D'autre part, cette hausse de l'euro a pu donner l'illusion que la crise s'arrangeait, et que l'euro était préférable à l'or. Il s'agit là-aussi d'une vision court-termiste.

- sur le plan fondamental, les indices action internationaux devraient chuter car l'Occident tombe en récession et va entraîner avec lui les pays dits "émergents" en réalité très affaiblis. Les statistiques sont mauvaises. Pourquoi le NASDAQ, le djia ou le DAX atteindraient-ils de nouveaux sommets ? De plus sur le plan technique, les indices américains montrent des signes baissiers à court-moyen terme. Le DJIA devrait revoir les 13.000, le NASDAQ les 2900, le S&P 500 les 1400. Cela dit, sur le plan technique je n'ai pas de confirmation d'un retournement baissier long terme. Il existe néanmoins des divergences baissières sur le NASDAQ, une faiblesse des volumes et une proximité des résistances qui m'inquiètent. Ces indices ont fortement rebondi depuis 2009 et sont à des niveaux ( trop ) élevés. Donc après une phase très probable de baisse à court terme, je resterai à l'écart. Je n'exclus pas la possibilité de plusieurs rebonds, voire même d'une reprise de la hausse du fait des dévaluations monétaires ( à surveiller donc après la consolidation qui devrait arriver à court terme ) mais la probabilité d'un krach grandit ( si rien n'est fait sur le plan international ). Je ne m'étonnerai donc pas de voir un krach en 2013. Toutefois l'ampleur de ce krach me laisse perplexe. Je pense qu'il dépendra des mesures internationales qui seront prises ( ce krach accélérera les décisions internationales, comme d'habitude... ). En l'occurence je pense que des décisions monétaires internationales seront prises, avec en toile de fond des injections monétaires concertées, donc des dévaluations monétaires non compétitives ( http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/02/18/26451111.html ) mais concertées ( tout le monde dévaluerait concomitamment afin que les ratios entre devises soient peu changés, mais que la masse monétaire globale augmente - cela est toutefois à l'opposé des recommandations de Draghi qui souhaitait plus de pouvoir des marchés... - ).

Pour conclure, je persiste à penser que la baisse de l'or est un avertissement sur la santé de l'économie. Les indices actions, à l'opposé, sont euphoriques. A court terme une correction s'impose. A long terme, la situation économique est si catastrophique que les actions ne peuvent pas continuer à monter ( donc baisseront ) en l'absence d'actions énergiques internationales. En cas d'actions ( dévaluations non compétitives ), l'or et les métaux précieux seraient les grands gagnants, mais les actions rebondiraient aussi. En l'absence d'actions internationales, l'or offrirait une certaine sécurité par rapport aux actions. Les obligations ne peuvent plus monter et ont un rendement quasi-nul, l'immobilier chuterait,... En outre les Etats réagiraient de nouveau par des dévaluations non concertées, donc compétitives, ce qui soutiendrait l'or. Enfin des masses de liquidités iraient se réfugier sur le dollar, les T-bonds ( réflexe archaïque ), certaines autres devises ( franc suisse, etc. )... et sur les métaux précieux !