GoldMoney. The best way to buy gold & silver

Lors de la deuxième émission ( en 1 an ) de la BCE, cette dernière a prêté presque autant que la première fois, soit 529 milliards d'euros, et donc plus de 1000 milliards d'euros en 1 an. Or la BCE a prêté aux banques commerciales à un taux de 1 % par an, sur 3 ans. Dans le même temps, on peine à prêter une centaine de milliards à la Grèce mais avec des taux astronomiques, et la France emprunte actuellement à 3 % sur 10 ans. Elle se finance donc plus cher que les banques commerciales ( mais via les banques commerciales qui empruntent 1000 milliards à 1 % pour prêter 3000 milliards à la France à 3 % ! ). C'est à dire que le système actuel favorise les banques commerciales ( qui empochent au passage 80 milliards ), et écrase les Etats européens. Je veux bien entendre que la France présente un risque de non remboursement de la dette mais dire que les banques commerciales sont beaucoup plus sûres est absolument faux !

http://www.boursorama.com/actualites/la-bce-prete-pres-de-530-milliards-d-euros-a-800-banques-nouveaux-records-81d872ba61237ebf4073d6e33d88dae4

Tout cela peut paraître compliqué mais c'est pourtant évident et il est certain que cette aberration est connue au sein de la BCE, des banques et des gouvernements. Tandis que les gouvernements peinent à trouver des solutions pour résorber leur déficit, ils laissent continuer cette absurdité. Faisons un calcul simpliste ( et inexact mais il s'agit juste de se donner une idée ) :

La dette de  la France fin 2011 était de 1689 milliards d'euros ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France ). Si elle emprunte à 3 %, elle doit rembourser 50.67 milliards/an d'intérêt. Si elle empruntait comme les banques commerciales à 1 %, elle devrait rembourser 16.89 milliards, soit une économie de 33.78 milliards ( quand on pense qu'Hollande veut taxer les riches à 75 % pour gagner quelques centaines de millions dans le meilleur des cas ... ). En outre, comme la totalité des recettes de l'impôt sur le revenu part au remboursement des seuls intérêts de la dette, je vous laisse imaginer le gâchis. Et comme il est difficile de rembourser la totalité des intérêts de la dette, alors une partie de ces intérêts vient s'ajouter à la dette elle-même, ce qui fait que les intérêts de l'année suivante sont plus élevés encore !

Ma conclusion est que si la BCE, les banques et les gouvernements ne s'attaquent pas à ce problème c'est parce que ce déséquilibre profite à certains ( les banques commerciales, qui ont des "amis" au gouvernement et à la BCE )...