Certes les banques commerciales sont en difficulté, mais il serait si simple que la BCE prête aux Etats qui eux aussi sont en difficulté. Ce n'est pas sa mission... D'accord mais il n'en tient qu'à quelques décisionnaires pour que cela le devienne. Compte tenu du nombre de fonctionnaires à la BCE, ce ne sont pas quelques lignes à écrire qui devrait poser problème.

J'ai déjà écrit par le passé un point de vue sur le sujet. Je voudrais donner une hypothèse complémentaire.

La BCE prête 500 milliards aux banques commerciales. Celles-ci, même avec l'accord de Bâle III, devraient pouvoir ensuite prêter soit aux Etats, soit aux autres banques, soit aux particuliers et professionnels 1.500 milliards. Les liquidités ainsi injectées peuvent se retrouver sur des comptes bancaires ou des obligations ( je passe les détails ). Les Etats ayant reçus de l'argent, peuvent alors prêter au FMI ( disons 500 milliards en pratique, en théorie 1.500 milliards comme je viens de le dire ).Ensuite le FMI pourra à son tour prêter 1.500 milliards... Ainsi en prêtant directement, la BCE aurait difficilement pu prêter plus de 500 milliards. Mais en multipliant les intervenants elle parvient à "injecter" 2.500 ( en pratique ) à 4.500 milliards ( en théorie ).

En passant, les banques commerciales font des affaires juteuses.

Et puis, comme je l'ai indiqué via un article, ces prêts du FMI seront garantis par l'or des Etats auxquels il prête. Or comme comme ces Etats ne pourront pas rembourser leurs prêts ( étant donné les taux des prêts et l'absence de croissance, étant donné aussi que cet argent sera dépensé de la mauvaise façon ). L'or reviendra au FMI. A terme le FMI sera donc LA banque mondiale, dont la légitimité sera appuyée par ses imposants stocks d'or... Et personne n'aura rien vu !