Du moins, une de ses nombreuses facettes puisque "la gauche" n'existe pas !

Notons le passage : on interviewe un personnage de gauche, désigné comme une victime, et on le laisse parler franchement... Résultat ? Les journalopes reprochent de faire le jeu de l'extrême droite !