Mon titre est provocateur, cependant j'ai moi même écrit, comme beaucoup de vrais spécialistes financiers, que le krach pourrait être brutal. En effet, et je résume, les volumes étant faibles à l'achat, il y aura peu d'acheteurs lors de la prochaine baisse, et vraissemblablement beaucoup de vendeurs. De plus, les cours sont totalement décorrélés des fondamentaux et à des niveaux défiant toute logique et toute comparaison historique. Enfin, les marchés sont sous le contrôle intégral des ordinateurs = robots = algorythmes = trading haute fréquence ( HFT ) etc..., et donc si le marché venait à baisser, les ordinateurs pourraient se mettre à vendre, tous, en même temps et massivement, comme cela s'est déjà produit par le passé ! Toutefois, ce krach ne viendra peut-être pas de si tôt...

Ces algorythmes sont appelés par certains "intelligence artificielle" et par d'autres, dont je fais partie, "bêtise artificielle" ( je croyais avoir inventé ce terme mais depuis j'ai vu que pas mal de gens l'avaient découvert aussi lol ). Comme j'ai déjà écrit plusieurs fois à ce sujet, je ne recommence pas.

Tout d'abord, je trouve amusant de constater que ces algos ( je vais dire algo pour aller plus vite ), montrent une caractéristique que l'on croyait humaine : l'euphorie. Bien sûr les partisans des algo ( comme certains sur la précédente vidéo ) sont convaincus que les ordinateurs ne font pas et ne feront jamais d'erreur. Ils cultivent une idéologie de la perfection et de la suprématie de la machine. Toutefois, les cours actuels montrent clairement que les marchés sont euphoriques ou maniaques. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les humains ( réputés si idiots par les partisans des algos ) ont quasi-totalement quitté les marché financiers. A contrario, le krach de 2010 ou les flash-krachs montrent quant à eux que les algos peuvent très vite virer à la dépression ou à la panique.

A partir de là, on peut se demander si le trouble bipolaire, ou la psychose maniaco-dépressive, ne serait pas une conséquence de l'émergence de l'intelligence, ou alors une réaction utile d'adaptation à son environnement ( euphorie quand ça va bien, et panique quand ça va mal ).

Pourtant, j'avais déjà expliqué que les algos n'étaient que le reflet de leurs programmeurs. De ce fait, il me paraît plus probable que le programmeur ait codé son programme de telle sorte qu'il accélère son processus quand ce processus est fructueux ( état maniaque ), mais qu'il inverse ou bloque son processus face à un échec ( dépression ).

Après cette petite réflexion amusante, parlons d'un problème plus grave...

Depuis longtemps, et certainement surtout depuis 2010, progressivement, les programmeurs se sont mis à redouter les phases dépressives ( les paniques ) de leurs logiciels. Quant à la phase maniaque ( euphorique ), eh bien, c'est comme pour les patients bipolaires, les programmeurs trouvent ça plutôt agréable même si cela peut avoir des conséquences a posteriori ( par exemple quand un patient a fait trop de projets et trop d'achats mais qu'il doit payer la facture, ou dans le cas des algos lorsqu'ils ont acheté des actions trop chères et qu'en réalité elles valent beaucoup moins ).

J'ouvre une rapide parenthèse sur le fait que si c'était vrai, cela signifierait que les banques centrales sont actuellement en train de payer, avec l'argent des contribuables, pour les dépenses maniaques des algos. A bon entendeur...

Je ferme la parenthèse. Ainsi, il devient évident que les programmeurs aient mis des barrages aux phases de panique de leurs algos, du type "évite de vendre trop souvent, si tu vends alors ne vends pas en grande quantité ni avec une grosse décôte. Par contre, si tu achètes, pas de souci". En d'autres termes, "si ça baisse, bloque tout. Si ça monte, continue". Plus concrètement, au lieu de faire un programme qui réagit de la même façon à la hausse et à la baisse, les programmeurs peuvent aboutir à un programme qui favorise les achats et soutient les hausses rapides et amples, mais qui par contre évite les ventes et se bloque si la baisse est rapide ou considérée comme trop ample ( par exemple - 5% ).

En conclusion, si un informaticien faisait un logiciel de ce type :

- Tu peux acheter souvent

- Tu peux acheter massivement

- Si ça monte, tant mieux, continue d'acheter

- Si ça monte vite et fort, c'est encore mieux, continue d'acheter

- Ne vends pas souvent

- Ne vends pas massivement

- Si ça baisse, ne fais rien

- Si ça baisse vite et fort, bloque toi

Que se passerait-il ? Eh bien on aboutirait inéluctablement à la création de tendances haussières, quel que soit l'actif, avec des hausses sur tous les actifs, sur de durées historiquement longues, et avec des hausses inédites... Et oh ! C'est exactement le cas en pratique !? On aurait ensuite une bulle interminable...

... Jusqu'au jour où... Personne ne le sait !

suite : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2019/11/30/37828498.html