Il me semblait que beaucoup de matières premières présentaient une configuration graphique similaire, donc j'ai jeté un coup d'oeil aux indices. D'abord, le CRB. Désolé mais suite à un bug, mes tracés ont disparu ; ce n'est pas bien grave. On voit un petit rebond. On voit qu'on est sur un creux. On voit les MM et si l'on applique la méthode Wenstein, on conclut à un retournement haussier. La tendance haussière n'est pas encore effective.

 

 

Un autre indice, le CBOM, sur une plus longue période remontre ce creux, montre un support. Pas de tendance haussière non plus pour le moment...

 

Néanmoins tout cela est bien tentant, non ? Un creux, un retournement possible... J'aurais bien du mal à vous expliquer cela par le mécanisme de rotation sectorielle qui ne fonctionne plus.

(...)

Nous serions actuellement dans la période de récession :

"Les excès d’optimisme de la période de boom se heurtent généralement à un moment ou à un autre à la réalité (la croissance des entreprises commence à ralentir ou n’est pas aussi bonne qu’anticipée, les consommateurs et investisseurs ne peuvent se surendetter à l’infini pour alimenter la croissance, et les banques centrales interviennent en relevant les taux d’intérêts pour éviter une surchauffe du système). Les profits commencent à décliner par rapport aux anticipations, les surplus des entreprises sont mis sur le marché à prix cassés car ils ne trouvent pas preneur, les profits en berne sont synonymes de licenciements pour couper les coûts, le chômage augmente, il y a une pression baissière sur les salaires : c’est la récession. Ces périodes sont généralement très mauvaises pour les investissements « risqués », et les placements plus défensifs sont à privilégier."

https://www.cafedelabourse.com/actualites/comprendre-cycles-boursiers-pour-mieux-investir

Ce qui explique que les matières premières sont au creux et les obligations très chères ( peut-être pas encore au sommet car tant que les taux peuvent baisser ou devenir "encore plus négatifs", elles peuvent encore monter... à vos risques et périls ). Les actions... Ben en fait, c'est pareil, car actuellement les marchés actions suivent la politique des banques centrales... Il y a un déphasage...

Voici le schéma théorique :

Décalage des cycles des taux, des actions, du PIB et des matières premières

Et là vous allez me dire : les matières premières vont chuter !

Oui, si tout se passait de manière traditionnelle... Sauf que depuis 20 ans environ, nous vivons dans une économie "spéculative" ou de bulle : la forte masse monétaire passe d'un marché à l'autre. Il y a eu la bulle des TMT, puis la bulle de l'immobilier, puis la bulle sur le pétrole et les bancaires, puis la bulle obligataire... Le problème sous-jacent étant la bulle de la dette, la bulle des dérivés et titrisations, la bulle monétaire... Et désormais nous avons la bulle de TOUT !

Tout va bien Madame la Marquise mais je vous mets au défi d'acheter des actions "au creux" :

SAUF QUE... finalement... tout n'est pas en bulle ! Les matières premières ne sont pas "en bulle". Mais à mon humble avis, c'est le seul secteur dans ce cas...

La première question à 1000 milliards est "où se formera la prochaine bulle ?"

Pour l'instant, où va l'argent ? Sur les obligations car les banques centrales promettent des baisses de taux... La deuxième question à 1000 milliards est : "jusqu'où les taux peuvent baisser ?", car le jour où les taux arrêtent de baisser, il se passe quoi ? Tout le monde revend ses obligations, et pour mettre les fonds où ? Alors oui, à ce moment là, les actions auront peut-être kraché... l'immobilier, on ne sait pas car il sert de refuge...

Oui, oui, bien sûr des ânes à liste auront toujours plein d'arguments... Mais vous, que feriez-vous dans cette situation si vous étiez Warren Buffet ?

https://www.atlas-mag.net/article/berkshire-hathaway