Après avoir été méchant juste vis à vis des merdias mainstream, je vous propose enfin un article intéressant :

Paris : une euphorie qui repose sur peu d'éléments concrets - Cercle Finance15/10/2019 à 19:53

https://www.boursorama.com/bourse/actualites/paris-une-euphorie-qui-repose-sur-peu-d-elements-concrets-12046b9d794bcba13d5b479e55ce9c43

Cercle finance se pose finalement les bonnes questions : pourquoi ça monte ? Et reste objectif : des faits, rien que des faits... mais toujours aucune explication !

Je voulais en parler justement... Tout d'abord, dans les faits, il faut constater des incohérences ( mentionnées aussi dans l'article ) : il n'est pas logique que le pétrole baisse, ainsi que les matières premières, ces dernières étant parfois proches de creux historiques, alors que les actions montent et sont à leur sommet historique... Seule explication : les liquidités injectées par les banques centrales vont sur les actions ( et c'est la seule raison pour laquelle les actions montent ). Ajoutons que si les taux d'intérêt sont bas, les liquidités sortent des obligations et vont sur les actions ( les matières premières n'étant pas à la mode )... Mais dans ce cas nous devrions avoir un krach obligataire, ce qui serait catastrophique... Et cela expliquerait les injections de la Fed ces dernières semaines...

Ensuite, je pense ( mais cela ne regarde que moi puisque nous sommes dans une dictature qui ne m'autorise pas à donner de conseils, et donc je n'en donne pas ! ) que nous avons un signe technique que j'appelle "secouer le cocotier"... Depuis les années 2000, nous avons des marchés financiers manipulés :

- d'une part parce que nous vivons en Socialie et que tout est administré, y compris les marchés, et que les gouvernements travaillent avec les banques centrales, qui travaillent avec les banques commerciales, qui travaillent avec les merdias, afin de faire correspondre les marchés à leurs souhaits politiques. NB : si vous n'êtes pas d'accord, alors expliquez-moi comment il est possible que les banques centrales proposent des taux négatifs sur des obligations qui sont à un prix historiquement élevés dans un contexte économique terrifiant ( et donc qui justifierait des taux très hauts )... Oui, vous ne pourrez pas répondre...!

- d'autre part, parce que les banques sont dans une course au rendement et s'amusent non seulement avec l'épargne de leurs clients, mais en plus avec de l'effet de levier ( avec de l'argent qu'elle ne possèdent donc pas ), et en surplus avec des produits dérivés ( des produits complexes et totalement abstraits, dont la valeur ne repose que sur des algorythmes )

- enfin pour couronner le tout, parce que maintenant ce sont des ordinateurs fonctionnant à la nanoseconde qui font le marché...

Bref, de ce fait, il est très simple pour les banques de secouer le cocotier : provoquer des mouvements brutaux et amples totalement inattendus et illogiques. Je l'ai vu à chaque sommet et à chaque creux de cycle ( mais cela peut se voir aussi sur les mouvements de tendance ). J'en ai déjà parlé mais sachez que les manipulateurs de marché ( ou même les ordinateurs qui achètent et vendent ) connaissent aussi bien sinon mieux que vous les supports, les résistances, les figures chartistes, les chandeliers japonais, les oscillateurs et autres indicateurs de tendance. Ils ont aussi accès ( et pas vous ) aux carnets d'ordre de tout le monde. Donc s'ils voient par exemple que 80% des intervenants jouent la baisser à 5700 sur le CAC, ils peuvent très bien passer à l'achat, faire monter le CAC et donc faire sauter tous les vendeurs ( qui perdront de l'argent ). Ensuite il n'y a plus ou presque de vendeurs, les manipulateurs passent à la vente ( en gagnant de l'argent ) et le CAC chute ( ils regagnent encore de l'argent ) quitte à racheter ensuite ( et regagner de l'argent ). En pratique, c'est un peu plus compliqué, mais passons... On appelle cela des bear traps ou des bull traps ( pièges à vendeurs ou pièges à acheteurs )

J'ai la flemme de fabriquer un indicateur "cocotier" mais cela vaut sans doute mieux, car cela donne un côté artistique à l'exercice de la finance : "ressentir le marché" est finalement assez efficace dans les périodes de retournement. La seule difficulté est de déterminer le bon timing : on sait que les joueurs en face trichent, on sait qu'ils bluffent, mais comme ils trichent et qu'ils font la règle du jeu, cela peut durer un certain temps avant qu'ils se retrouvent piégés à leur propre jeu... Dans les faits, les manipulateurs s'arrêtent quand ils savent qu'ils n'ont plus intérêt à continuer leurs manipulations ( car ils savent ce qu'il reste de vendeurs et à quel prix ils vendent ; si ce n'est pas intéressant pour les banques de les faire tomber, elles arrêteront... )

Pour finir, notons ce terme "euphorie" qui revient souvent. L'euphorie, pour les contrariens, est souvent synonyme de baisse future, comme la dépression est synonyme de hausse. Acheter au son du canon, vendre au son du violon... On voit aussi des buy-offs sur les sommets et des sell-offs sur les creux...