En cas de crise majeure d'ici 2019, les banques centrales vont baisser les taux nominaux.

En cas de poursuite de l'inflation, les taux réels flamberont.

La situation géopolitique est catastrophique.