J'admets avoir été silencieux sur mon blog depuis plusieurs mois. L'explication est la suivante : je ne vois rien de nouveau sur les plans micro et macro-économiques. Je ne vois qu'une continuité entre 2014 et 2013. Politiquement, économiquement, monétairement, rien n'a changé. Nous restons dans le statu quo. La crise est toujours là, dans le monde ( sauf peut-être pour quelques pays en cours de développement qui profitent de la confusion en Occident ). Les médias eux-mêmes me paraissent très silencieux...

Bien entendu les politiciens du PS continuent les mêmes promesses auxquelles plus personne ne croît, notamment sur les réductions du déficit budgétaire. Et je réalise qu'en France, en particulier, lorsqu'une stratégie ne fonctionne pas ou est délétère, on recommence cette même stratégie mais en doublant les doses. Ainsi, dans un pays écrasé par les taxes, les législations complexes et inadaptées, les lourdeurs administratives, le gouvernement crée d'autres taxes, d'autres législations, d'autres lourdeurs. Et, il devient de plus en plus fastidieux d'investir et de travailler en France... Dans un pays ou sévit l'austérité, on accroît l'austérité. Dans un pays qui n'attire plus les grandes entreprises, on les incite à délocaliser. Dans un pays où l'Etatisme a conduit à l'échec, on renforce le pouvoir de l'Etat pour remplacer l'investissement privé. Dans un pays où l'UMPS sévit depuis des décennies, les Français continuent à voter pour l'UMP et le PS.

Il faudra pourtant qu'un jour, les Français se rendent compte qu'ils ont fait fausse route. Plutôt que de se plaindre de leurs maux, ils devront tenter de prendre les choses en main, de voir et comprendre les vrais problèmes, de trouver de vraies solutions. Enfin, je peux comprendre que les Français ne croient plus à la démocratie après plus de trente années d'UMPS, néanmoins la démocratie donne le pouvoir au peuple. Les Français connaissent probablement mieux leurs problèmes et envisagent mieux les solutions que ne le font les partisans de la pensée unique ( UMP, PS et leurs vassaux ). Si le peuple désire de vrais changements, il va devoir se tourner vers de nouveaux leaders ; des leaders de bon sens, honnêtes et savants, des leaders appartenant au peuple conscients des problèmes du peuple.

Je constate que les Français ressentent le malaise politique qui règne en France. Beaucoup de petits partis se créent. Cela note, selon moi, une défiance envers l'UMPS, une recherche de solutions alternatives efficaces. Toutefois cette division est néfaste. Diviser n'est pas la stratégie à adopter. Les Français mécontents doivent s'unir. Même si les électeurs ou les politiciens sont en désaccord sur certains points, la sagesse consiste à en discuter. Les avis divergents ne devraient pas être source de discorde, mais plutôt source de débats et d'enrichissement mutuel.

Certains préfèreront ne rien faire, et laisser faire, quitte à se plaindre ensuite. Ne rien faire, c'est consentir, c'est accepter d'être condamné. Pour ma part, je ne me résoudrai pas au défaitisme. Les solutions existent, comme je l'écris depuis plus de dix ans. En conséquence, je fais le choix de soutenir Debout la République, qui a la taille et les idées qui peuvent permettre à la France de se relever, en compagnie je l'espère des autres peuples européens, qui subissent comme nous les méfaits de la pensée unique.

Si les médias ne veulent pas parler de DLR, alors c'est au peuple d'en parler.

Cette année, j'irai voter !