Il semblerait que le vent tourne au sujet des politiques de relance européennes. Ce que j'attendais depuis longtemps semble bien se concrétiser...

D'une part, concernant l'euro : on veut nous expliquer qu'il est trop fort : http://www.boursorama.com/actualites/l-euro-est-fort-peut-etre-trop-fort-estime-moscovici-8d1283df385f4f9df4e0c2acb74bb2f3. L'intérêt de cet article n'est pas la forme qui est misérable mais le fond. En effet juger de la valeur de l'euro en le comparant au dollar est très critiquable. En outre l'euro est bien loin de ses sommets à 1.60. On notera toutefois l'aveu que l'économie européenne ne justifie pas un tel niveau de sa monnaie... Quelle ironie ! Il y a 2 ans les médias disaient que l'Europe exploserait et que l'euro disparaîtrait, et désormais l'euro monte jusqu'à devenir "trop" fort, à tel point que des politiciens européens soient obligés de rappeler que quand même en Europe, c'est la crise ! Cela étant le message est clair : il faut relancer l'économie en faisant baisser l'euro, c'est à dire en le dévaluant ( ce dont je parle depuis des années ).

Autre point, "on" se rend enfin compte que l'austérité n'est pas une solution : http://www.boursorama.com/actualites/grece-les-erreurs-du-plan-de-rigueur-pourraient-etre-rectifiees-2938bd5fc15532d662ce4b75f6dacdeb. Là encore, comme je l'ai déjà dit il ne s'agit pas seulement d'incompétence ( qui ne concerne qu'une bonne partie du gouvernement ), mais aussi du plan que j'avais autrefois expliqué : il fallait aggraver la crise pour rentabiliser un certain nombre d'investissements spéculatifs, imposer des lois et des taxes au peuple, diminuer les salaires, les retraites et les dépenses, licencier un certain nombre de travailleurs, faire baisser les prix pour pouvoir acheter des actifs à bas prix ( par exemple achats d'actions grâce aux privatisations, achat d'immobilier, etc. ), et enfin récupérer des fonds ( en l'occurence rapatrier des fonds depuis la Grèce vers par exemple l'Allemagne ). Il semblerait donc que cette phase se termine. Effectivement cette phase n'avait pas pour vocation de durer éternellement puisqu'il était dès le départ évident que cela aggraverait le problème de la dette ( le plus nul des économistes le savait même au FMI puisque cette même situation avait existé de nombreuses fois par le passé, et l'exemple de l'Argentine est l'exemple le plus connu ; donc cela me fait bien rigoler quand un journaliste écrit que le FMI aurait constaté des "erreurs" dans ses calculs ! ). En conclusion, si l'austérité se termine effectivement nous aurions droit à diverses politiques de relance, ce qui colle bien avec la dévaluation de l'euro.

Finalement il n'est pas impossible que l'eurus parvienne à l'objectif que lui avais fixé ( 1.40 ), mais qu'à ce moment-là des mesures soient prises pour le faire descendre. Je referai donc le point ultérieurement. On peut aussi s'attendre à une baisse des politiques d'austérité et probablement au retour des mesures inflationnistes dans un futur relativement proche.

En clair, l'Europe semble sur le point de passer d'une phase de politique pseudo-déflationniste ( il s'agit en fait de recessflation ) à une phase politique plus inflationniste ( il s'agit en fait de libérer davantage l'inflation, ce qui pourrait conduire à une stagflation ou à une pseudo-croissance hyperinflationniste ) : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2013/01/18/26184116.html.

PS : du côté américain, le QE4 est lancé : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-si-le-qe-ne-cree-pas-d-emplois-pourquoi-le-lier-aux-politiques-pour-l-emploi-.aspx?article=4166438384G10020&redirect=false&contributor=Graham+Summers.