Enfin un politicien qui semble avoir des connaissances en économie. Faut-il donc croire au miracle ?

Ce qui reste perturbant, c'est que tous les partis alternatifs, de l'UPR au FN en passant par debout la république, ont d'énormes difficultés à obtenir 500 signatures pour les présidentielles. Les médias les réduisent au silence. Le seul atout du FN est que finalement, par certaines de ses idées, il a réussi à faire parler de lui. Parler d'un parti, même en mal, vaut mieux que de ne pas en parler...

A contrario, dans les partis dominants, les politiciens font tous preuve de diverses déficiences.