Oui le rapport Gallois vaut de l'excrément même s'il a dû ( nous ) coûter bien plus cher.

Effectivement baisser les charges patronales et salariales sur les petits salaires ( 1 à 2.5 fois le smic ) améliorera la compétitivité, mais cette amélioration de la compétitivité coûtera ( le rapport le précise ) 30 milliards en 1 ou 2 ans. C'est une hausse de la compétitivité encore financée par le contribuable. On ne fait que déplacer le problème en prenant d'un côté à l'ensemble des Français via des taxes ce qu'on donne de l'autre côté à des entreprises. Il s'agit d'une nouvelle forme de subvention ( peut-être moins délétère que les précédentes ) mais améliorer la compétitivité à coups de subventions n'est pas la solution. Les seuls gagnants étant les quelques multinationales qui emploient une petite fraction des Français.

En outre tout laisse penser que cette mesure aidera essentiellement les grandes entreprises qui emploient les ouvriers peu qualifiés au travail à la chaîne ( du style peugeot, renault, vinci,...). De toute évidence cette mesure ne bénéficiera pas aux autres entreprises produisant de hautes valeurs ajoutées via des salariés qualifiés. En fin de compte les grandes multinationales vampiriseront davantage les contribuables français afin d'améliorer leurs bénéfices.

Remarquez que les cotisations patronales baisseront plus que les cotisations salariales ( 20 milliards contre 10 milliards ) et je doute fort que le salaire net augmente. En fait, rien ne dit que le salarié tirera un quelque profit de ces baisses de charges. Notez aussi que cette mesure soutiendra les activités où la main d'oeuvre est peu payée ( 1 à 2.5 fois le smic ), c'est-à-dire celles qui sont directement concurrencées par les produits manufacturés asiatiques ( qui seront de toutes façons toujours moins chers ). Toutes les activités qui nécessitent de la main d'oeuvre qualifiée, donc toutes les technologies de pointe, les secteurs de la recherche ou du haut de gamme seront massacrés. Or on sait bien que ce sont ces activités-là les plus rentables, et celles qui nous permettraient de nous démarquer des pays émergents.

Et que se passera t'il au sein de l'entreprise ? Elle préfèrera embaucher un salarié avec un bas salaire ( 1 à 2.5 fois le smic ) pour bénéficier d'une baisse de ses charges, plutôt qu'un autre salarié mieux formé, plus diplômé, plus compétent, plus expérimenté. Le salarié qualifié sera encore une fois "puni".

Le rapport propose de dégrader la fiscalité de l'assurance-vie. Sait-il que l'assurance est déjà en pleine crise ? Veut-il précipiter leur disparition, et celle des banques et assureurs qui les commercialisent ? http://lettredamien.canalblog.com/archives/2012/11/04/25498182.html

Au final, Gallois propose de faire payer au contribuable une amélioration de la compétitivité qui profitera à quelques multinationales mais anéantira ce qui reste de l'économie française. Pour enfoncer le clou Gallois souhaite relancer la recherche sur le gaz de schiste ( proposition apparement rejetée par le gouvernement ). Je trouve qu'il y a comme une odeur d'hypocrisie...

Les vrais problèmes, personne n'en parle. Ainsi, j'en profite pour discuter de l'exemple Peugeot. Cette société est en difficulté mais pourquoi ? Il y a 2 raisons. La première est que Peugeot vendait une importante partie de ses voitures à l'Iran, ce qui ne peut plus se faire du fait du blocus économique imposé par le(s) gouvernement(s) à l'Iran. Deuxièmement, les malus écologiques affectent plus particulièrement les voitures chères, ce qui fait qu'en France il se vend désormais davantage de voitures bon marché ( asiatiques ). Le milieu et haut de gamme ( les voitures européennes ) ont été très affectés par cette mesure. Et pourtant Peugeot a bénéficié de nombreuses subventions : l'Etat lui a prêté ( http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/02/09/l-etat-prete-6-5-milliards-a-psa-et-renault-pour-financer-l-innovation_1152617_3234.html ), lui a garanti des prêts, Bruxelles lui a donné 12 millions € ( lemonde.fr/economie/article/2012/08/21/bruxelles-propose-12-millions-d-euros-pour-des-salaries-licencies-par-peugeot_1748209_3234.html ), mais Peugeot en demandait 42 ( http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/psa-a-demande-42-millions-d-aides-pour-sevelnord-74999432.html. Cela n'a pas suffi...

Donc passe encore pour la diminution des charges salariales et patronales, mais je ne vois pas pourquoi elle ne concernerait que les petits salaires ( ce ne sont pas eux qui paient le plus d'impôts et de charges que je sache ), et surtout ces charges ne doivent pas être répercutées sur le contribuable. Où trouverait-on l'argent ? Je l'ai déjà expliqué : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2012/02/29/23640916.html. Et puis il faut revoir toutes les failles du système ( RSA, AAH, retraites, etc... ). Il y a de quoi économiser des dizaines de milliards d'euros par an et gagner 3 à 4 % de croissance par an. On pourrait aussi instaurer un état d'esprit favorable au travailleur, à l'entrepreneur, au diplômé, et au succès professionnel au lieu d'imposer le nivellement par le bas, au lieu de taxer tout ce qui fonctionne et de subventionner tout ce qui ne fonctionne pas. On pourrait alléger la législation du travail permettant plus de souplesse dans l'embauche et le licenciement. Enfin, concernant la France, je crois que la dévaluation monétaire est la solution ( tant pour des problèmes de déficit et d'endettement, que pour des problèmes de compétitivité ).

Les solutions ne manquent pas. Mais le rapport Gallois ne les évoque même pas. On pourrait parler de l'euro par exemple. Le rapport préfère suggérer des réponses de court terme pour aider les copains PDG de multinationales. Il est d'ailleurs parfaitement conforme aux exigences du medef. Ce rapport, c'est de la merde.