QE1, QE2, QE3, et après ? QE4... QE7... QE12 ? Nul ne le saît. La seule certitude est que de nouveaux quantitative easings auront lieu, y compris si l'Occident poursuit ses politiques d'austérité.

Je voudrais rappeler que les USA et le royaume uni auraient dû faire défaut de paiement il y a plus d'un an, mais ils ont réussi à faire diversion avec la Grèce et l'Europe. Toutefois les USA n'ont à ce jour proposé aucune solution à leur problème budgétaire. Leur déficit et leur dette continuent de croître. La décision semble avoir été repoussée aux élections du 6 novembre. Il y a de fortes chances pour qu'Obama soit réélu. Sa joie risque d'être de courte durée car il lui incombera de prendre une décision. Et cette décision, lui comme nous la connaissons déjà : fort du soutien des électeurs, Obama proposera à la Fed de faire encore et encore du quantitative easing.

Au Japon, même chose : http://www.boursorama.com/actualites/dette-du-japon-le-premier-ministre-agite-le-spectre-d-une-paralysie-totale-fb12087fe03dbe6474e718cecd8f7324. Et en Europe, même tableau, qu'on se le dise. L'Allemagne peut encore résister à la pression de l'Europe mais elle ne pourra pas résister à la pression mondiale, tout comme les Suisses ont dû se résoudre à dévaluer leur franc du fait de la chute des autres devises. De surcroît les pseudo-solutions proposées en Grèce, au Portugal ou en Espagne conduiront au même constat : la situation s'aggrave. Il faudra bien ouvrir les yeux et accepter la vérité. Seule une dévaluation monétaire sauvera ces pays.

Finalement la superposition des difficultés aux USA, au Japon, en Europe aboutira à ce que je prévoyais il y a 5 ans : un assouplissement monétaire généralisé. Je conseillais à l'époque que cet assouplissement se fasse de manière concertée, ce qui permettrait une certaine stabilité économique au niveau mondial. J'ignore toujours si ce sera le cas vus les échecs répétés des différents gouvernements à travailler de concert, et vues les attaques sournoises que ces gouvernements ne cessent de se faire. Le FMI pourrait avoir un rôle à jouer bien que le FMI soit essentiellement sous le joug des USA.

Toutefois, comme je le disais en introduction, il n'est pas certain qu'un QE3 soit suffisant, du moins à long terme. L'avantage de faire des petits assouplissements quantitatifs successifs est de pouvoir faire avaler la couleuvre au reste du monde sans trop de protestation. Mais tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse : à un moment donné le reste du monde va protester. En fait, ça a déjà été le cas pour le Venezuela et l'Iran. Les pays producteurs de pétrole possèdent un pouvoir important car ils possèdent le carburant du monde. Ils ont donc le pouvoir de refuser le dollar. Les USA ont un pouvoir : le pouvoir militaire. Néanmoins les USA ne peuvent pas se mettre à dos l'ensemble des pays producteurs de pétrole...

Et que demanderont les pays producteurs de pétrole ? Ils voudront être payés dans une monnaie solide. Le dollar a donné l'illusion d'être solide depuis environ 2 ans, mais dès lors qu'il rebaissera, les tensions dans les pays producteurs remonteront. Quelle monnaie demanderont-ils ? L'euro, le yen ? Mais pourquoi accepteraient-ils des monnaies qui seront elles aussi dévaluées ? Et aussi pourquoi accepteraient-ils des devises étrangères après tout ? Car finalement les pays producteurs n'ont aucun contrôle sur les politiques monétaires étrangères et doivent donc les subir. Regardez aussi comment les pays comme la Chine ou le Japon ont été embarassés avec tous leurs dollars ! Dans ce contexte même un panier de devises n'aurait guère de sens.

Il y a quelques années, on parlait d'une devise indexée sur les matières premières. On comprend aujourd'hui que ce ne serait pas possible puisque cela empêcherait la dévaluation des monnaies et donc rendrait impossible le remboursement de la dette.

En fin de compte, les pays producteurs de pétrole voudront être payés dans une monnaie forte, dans laquelle ils peuvent avoir confiance. L'idéal serait donc d'être payés en or. Ce n'est pas un fantasme mais une réalité. Ces pays ont déjà demandé des paiements en or. Ils manifestent déjà leur intérêt pour l'or sous forme d'investissement. Evidemment il n'y a pas assez d'or pour satisfaire les échanges internationnaux, surtout au cours actuel de l'or ( extrêmement bas ). Mais si l'or était justement valorisé ( ce qui peut signifier 10 fois plus compte tenu de l'explosion de la masse monétaire au cours des dernières décennies ), alors l'or pourrait devenir un bon moyen d'échange. En pratique je continue de penser que l'ensemble des métaux précieux ( or, argent, platine, palladium ) pourraient servir de monnaie d'échange.

Pourtant, il existe une grave menace dans ce scénario. Le jour où il se produira, ce sera la fin du dollar, et donc la fin des USA ( en tant que puissance économique dominante ). Les USA le savent et feront tout pour l'empêcher. Mais je crois que ce scénario est inéluctable. Comme toute puissance dominante, les USA auront eu leur apogée et auront leur déclin. La question est de savoir quand...