http://www.boursorama.com/actualites/s-p-declasse-l-espagne-a-la-limite-inferieure-des-emprunteurs-fiables-74aa7ac5f85f62d18f040e38935eebf8

S&P baisse la note de la dette grecque à BBB-. Le "-" laisse présager que la note va encore baisser et que la dette deviendra pourrie ( junk )...

Situons le contexte : l'Espagne s'évertue à dire qu'elle n'a pas besoin de l'aide du reste de l'Europe ( MES, FESF, etc... ). C'est embêtant, car la mafia globale ( selon un terme repris au général Petrov http://www.youtube.com/watch?v=5pVkh_mRQP4&feature=related ) avait fait un programme à l'Espagne, avec au programme un contrôle supra-national de l'Espagne et de son économie : austérité, surtaxation, chômage et pauvreté. Les Espagnols ne sont pas fous. Ils ont compris ce manège et ont protesté, comme l'avaient fait avant eux les Grecs. L'Espagne a donc préféré se sortir seule de la crise plutôt que d'accepter la perte de son auto-gestion, de sa liberté. De plus l'Espagne savait pouvoir se sortir de la crise seule mais la mafia globale se moquait bien de l'économie espagnole. Elle s'intéressait seulement à la façon dont elle pourrait retirer le maximum d'argent d'Espagne tout en accroissant son pouvoir.

Délire paranoïaque ? Peut-être... Quoiqu'il en soit, contre toute attente la note de l'Espagne est abaissée à BBB- alors que les notes britanniques, américaines ou allemandes restent excellentes. Même si l'Espagne s'en sort plutôt mal, une telle différence dans les notes est injustifiée. Je ne vais pas re-expliquer pourquoi de toutes façons les agences de notation devraient cesser de noter les dettes de chaque pays puisqu'elles se sont toujours trompées, qu'elles ont très souvent été responsables de désastres économiques, et qu'elles ne sont pas impartiales ( bien au contraire : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2011/12/06/22904528.html ). L'essentiel est de comprendre ce qui va se passer ensuite. La prophétie de S&P est auto-réalisatrice : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2012/07/13/24697458.html. Les taux de la dette espagnole vont flamber ; l'Espagne ne parviendra plus à se financer ; la masse monétaire se tarira, l'austérité augmentera, les investissements chuteront, la récession s'aggravera, le remboursement de la dette sera encore plus impossible. Au final, l'Espagne acceptera les propositions "d'aide" de la mafia globale.

Toujours pas convaincu ? Alors demandez-vous pourquoi S&P plonge la tête de l'Espagne dans l'eau et qui sortira gagnant de cette histoire...

A lire aussi : http://lettredamien.canalblog.com/archives/2011/11/29/22839953.html