Onze pays de l'union européenne remettent sur le tapis leur proposition de taxation financière http://www.boursorama.com/actualites/ue-onze-pays-decides-a-taxer-les-transactions-financieres-84541bfe4c4cd32992c8695daf7949a4.

Cependant cette proposition est vouée à l'échec à l'échec avant même d'exister. En effet, il est proposé de taxer les échanges d'actions et d'obligations à 0.1 %, et les échanges de dérivés à 0.01 % Ces dérivés sont justement les instruments dangereux et nuisibles, car ils sont à l'origine des spéculations néfastes et des manipulations de marché, ils sont complexes à déchiffrer et leur valorisation est souvent opaque ce qui permet d'ailleurs aux banques de modifier la valeur des dérivés selon leur gré. Parfois ces dérivés ne valent plus rien mais les banques continuent à les vendre ( voir les affaires récentes des actifs toxiques bancaires ). Ce sont ces dérivés qui sont à l'origine de toutes les bulles et les crises depuis l'an 2000. Certains voudraient les réguler, d'autres carrément les faire disparaître mais l'union européenne voudrait MOINS les taxer que les honnêtes échanges d'actions et d'obligations.

Le plus bête est à venir car que va t'il se passer ? Eh bien les banques créeront des dérivés sur les actions et les obligations, c'est à dire - de manière schématique - qu'au lieu de s'échanger par exemple 100 actions à 100 euros ( 10.000 € ) avec une taxe 10 euros, elles échangeront des contrats "de vente de 100 actions à 90 euros sachant que le cours actuel de l'action est de 100 euros" ( 1.000 € ) avec une taxe de 0.1 euro.

PS : remarquez qu'un contrat "de vente de 100 actions à 100 euros sachant que le cours actuel de l'action est de 100 euros" vaut 0 € et que la taxe serait 0 €...

PS : Remarquez aussi que j'ai pris un exemple simpliste juste pour l'explication.

Ainsi elles ne s'échangeront plus d'actions ni d'obligations mais seulement des dérivés - moins taxés - nettement plus malhonnêtes et dangereux. En plus ces dérivés peuvent posséder des effets de levier important, ce qui signifie qu'ils peuvent potentiellement être plus rentables que les actions ou obligations.  Pour un même montant, il peut donc être plus lucratif d'échanger des dérivés que des actions, et en plus grâce à la proposition européenne, les dérivés ne seront quasiment pas taxés...

Par exemple si la banque possède 100 actions à 100 € ( 10.000 € ) et que le cours de l'action monte à 110 €, la banque gagne 10x100=1000 € ( +10% ). Mais si la banque possède pour 10.000 € de dérivés du type "contrats de vente de 100 actions à 90 euros sachant que le cours actuel de l'action est de 100 euros", soit 10 contrats, et que le cours de l'action monte à 110 €, la banque gagne 10x100x20=10.000 € ( +100 % ).

Par contre, si la banque possède 100 actions à 100 € ( 10.000 € ) et que le cours de l'action baisse à 90 €, la banque perd 10x100=1000 € ( -10% ). Mais si la banque possède pour 10.000 € de dérivés du type "contrats de vente de 100 actions à 90 euros sachant que le cours actuel de l'action est de 100 euros", soit 10 contrats, et que le cours de l'action baisse à 90 €, alors le contrat ne vaut plus rien et la banque perd 10.000 € ( -100 % ). Le problème est qu'en pratique la banque va tout faire pour masquer ses pertes, et éviter ainsi aux dirigeants de justifier leurs pertes. Les méthodes sont nombreuses et malhonnêtes. Les banques peuvent par exemple faire des dérivés de dérivés : la banque vend un contrat de vente de contrats ( un dérivé de dérivés ) qui ne vaut rien mais qui peut intéresser des spéculateurs car il n'est vraiment pas cher et peut rapporter gros.

Par exemple la banque vend un contrat de vente des 10 contrats précédents ( qui ne valent plus rien ), en précisant qu'en cas de reprise des marchés ces contrats remonteront. Disons donc qu'elle vend ce contrat 1000 € ( ou comment faire de l'argent à partir de rien ! ). Si effectivement l'action remonte à 100 €, le contrat vaudra 10.000 € ( +900% ). Si l'action monte peu ou stagne ou baisse, ce nouveau contrat ne vaut à nouveau rien ( -100% ). Le tout avec 0.01 % de taxe. Bienvenue dans le monde fou de la finance !

Ne riez pas car cela s'est déjà produit de maintes fois... Exemple : La Fed continue de racheter des titres adossés à des créances immobilières émis par les organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac à un rythme de 40 milliards de dollars par mois. Voir ici.

La spéculation est encouragée pour la plus grande joie des banques. Certains ne verront là que de l'incompétence. Moi je dis qu'il y a aussi autre chose...

http://lettredamien.canalblog.com/