Le graph est en hebdo. Je vous ai enlevé les indicateurs. ils n'ont rien de très instructif. Peut-être une divergence sur le macd mais il est isolé... L'euro est un peu survendu, sans plus.

L'euro/$ a rejoint les 1.25 comme je vous l'avais annoncé en début d'année. De même je vous disais que les 1.25 pourraient servir de support pour un rebond, ce qui est toujours le cas. Toutefois rien ne me permet d'affirmer qu'en cas de rebond ce dernier soit important. Au contraire, mes oscillateurs indiquent qu'un retour sur 1.20 est tout à fait possible, comme évoqué dans ma précédente analyse.

Rien de nouveau donc si ce n'est qu'il faut surveiller les 1.25 et se méfier d'un petit rebond ( vers 1.30 ). Les 1.20 sont envisageables surtout avec la situation de la Grèce ( http://www.boursorama.com/actualites/la-grece-a-court-d-argent-fin-juillet-pour-payer-les-fonctionnaires-et-les-retraites-8671ec18bf659fc42b4fa886dc9f67f7 ), de l'Espagne, de Chypre et de l'Italie. En outre, la politique ne la France inquiète beaucoup. Disons que selon moi la probabilité d'aller à 1.20 a grandi ( 65 % de chances ). Puis à 1.20, on pourra craindre les 1.15 ( voir le support ) : je donne 55 % de chances de rebond sur 1.20 et 45 % de chances de descente sur 1.15 où un rebond serait très probable. L'euro serait en effet trop bon marché.

En fait, l'euro n'a pas retesté son creux de 2010, contrairement à l'or, ce qui est ennuyeux. En outre je ne vois pas ce qui pourrait le faire monter dans le contexte actuel mis à part une grosse catastrophe aux USA.

Je constate aussi cette phase étrange ( notée 4 ) depuis 2008. On pourra évoquer un drapeau, donc une figure de consolidation qui en cas de rupture par le haut ( 1.40 ) projeterait l'euro vers les 1 euro / 2 $. Ainsi contrairement à l'idée qui court l'euro n'est sans doute pas mort. Les manoeuvres pour le sauver ont engendré beaucoup de souffrance - l'euro est affaibli - mais l'heure de l'agonie du $ pourrait survenir entre fin 2012 et 2013. La faillite des USA fera la première page des journaux en 2013.

Enfin cette phase 4 est en accordéon, peut-être rythmée par les manipulations ( les quantitative easing ). Elle ne paraît pas naturelle et donne cette impression que le marché maintient l'euro dans un canal : on ne veut pas qu'il monte mais on ne veut pas non plus qu'il baisse ; il est globalement stable...

Conclusion, baisse encore possible et probable à court terme. A ce moment là, alors que tout le monde tentera de se débarasser de ses euros pour acheter des $, il sera peut-être temps d'accumuler des euros... Bref vendre ses euros à 1.50 est une bonne idée. A 1.25, c'est trop tard et dangereux. A 1.15 il faudra en acheter.