GoldMoney. The best way to buy gold & silver

Pour parodier ma lettre de l'an dernier " Joyeux Noel et bon krach ", je vous souhaite une bonne crise. Je n'espère pas que vous subirez la crise de plein fouet mais que contrairement au reste du monde ( ou du Monde... ), vous vous en tirerez bien !

En effet le krach a bien eu lieu. Maintenant nous sommes au fond du trou. Reste à savoir si nous y resterons enlisé ou pas...

Certes il y a les élections, mais à moins d'un miracle, les Français continueront à voter pour le candidat le plus incompétent ( mais peut-être le plus souriant, le plus jovial, le plus beau, le plus soutenu par les médias... ). De toutes façons les candidats n'ont guère le choix, face d'une part aux personnes qui leur ordonnent quoi faire, et d'autre part face à la situation économique européenne.

Concrètement, la BCE a annoncé qu'elle ne ferait pas de prêt aux pays européens car ce n'est pas son rôle ( il aurait suffi d'écrire quelques lignes pour que cela le devienne et vu tout les fonds que l'on a donné à la BCE, le problème n'est pas lié à l'embauche d'une secrétaire... ). En fait elle a tendu la perche au FMI ( même si personne ne nous l'a dit... ). Comme par hasard, c'est M.C Lagarde qui en est la nouvelle directrice. Ca tombe bien...

Toutefois le FMI est encore sous la domination américaine. De plus si le FMI accorde des prêts à l'Europe, cela se fera sous conditions, et croyez-moi ces conditions ne seront guère avantageuses...

Oui mais... Le FMI clâme depuis des mois qu'il n'aurait pas les fonds suffisants pour soutenir "d'éventuels pays" en cas de crise ( le FMI aime bien rester vague sur le sujet... ). Il était donc probable que le FMI reçoive de nouveaux fonds, et ôh miracle, j'en ai la confirmation ce jour : http://www.boursorama.com/actualites/la-zone-euro-sous-pression-se-prepare-a-une-nouvelle-semaine-delicate-e0430bead6d77782691eb1b6ae1184e6

"Principal objectif affiché: avancer sur les contributions européennes envisagées au Fonds monétaire international (FMI) et parler du futur fonds de sauvetage financier permanent de la zone euro (MES) appelé à voir le jour mi-2012. La zone euro et d'autres pays de l'UE ont dit vouloir renflouer le FMI à hauteur de jusqu'à 200 milliards d'euros sous forme de prêts bilatéraux."

Alors une question est de savoir si après ce "don" les Européens auront davantage de pouvoir décisionnel au FMI. Cependant, cela n'a guère d'importance puisqu'on les verrait mal prendre la parole au FMI pour lui donner de nouvelles prérogatives, alors que l'Europe est aux abois... Même si les Européens gagnaient du pouvoir, il y a fort à parier qu'ils se rallieraient aux objectifs de la BCE, comme l'ont fait D.S. Kahn ou M.C. Lagarde...

Après quoi le FMI pourrait se permettre de prêter à l'Europe 1000 milliards d'euro ( soit 5 fois 200 Milliards € mais le FMI a aussi d'autres fonds en réserve ). Ainsi ce serait LE FMI qui imposerait de nouvelles directives aux Européens, et non la BCE ou les politiciens européens. Sur le plan psychologique, ce serait bien plus acceptable pour les Européens. Et les politiciens européens seraient ainsi partiellement dédouanés. Finies aussi les guerres intra-européennes : le FMI trancherait dans les débats.

A ce jour, la décision du FMI serait évidente : à côté d'un blabla sur l'austérité affectant plus particulièrement les classes moyennes, le FMI proposerait une politique de renflouement des caisses via des émissions monétaires qui de toutes façons sont inéluctables.

Voilà donc en résumé ce que vous apprendrez au fil des mois aux infos, après de soit-disant nouvelles concertations, nouvelles solutions statistiques économiques.

Je précise que je ne suis pas catastrophiste. Dans cette prévision, je ne dis pas que l'euro est un problème. Ce qui est un problème c'est l'absence de consensus européen sur la politique monétaire. A l'heure actuelle cette politique n'est pas discutée, elle est imposée par l'Allemagne. Et dans ce contexte, une disparition de l'euro est possible et souhaitable ( ce qui pour moi ne serait pas une catastrophe ). Toutefois sous la tutelle du FMI, l'euro pourrait aussi survivre. Contrairement au tapage qui est fait dans les médias, je pense que l'euro est un problème secondaire.

Finalement 2012 devrait se caractériser par des mesures fortes permettant de résoudre une partie des problèmes, mais à un certain prix : austérité, inflation, et absence de croissance ( croissance réelle - corrigée de l'inflation - négative ).