GoldMoney. The best way to buy gold & silver

Peut-on sortir de la crise actuelle grâce aux mesures proposées par les différents politiciens, candidats aux élections présidentielles ?

La réponse évidente est "non". La crise ne peut que s'aggraver. Voici pourquoi :

- augmenter les dépenses ou ne pas les réduire ( mesures proposées par la gauche, notamment M. Hollande ) consiste à ne pas prendre de leçons de la crise et à continuer comme si de rien n'était. De ce fait le déficit s'aggraverait, la dette augmenterait, et la solvabilité de l'Etat s'éteindrait.

Précisons que le déficit français est bien supérieur à 3 % ( limite qui ne devait pas être dépassée d'après le traité de Maastricht, mais qui est dépassée par tous les pays d'Europe depuis des lustres ). Précisons aussi que l'endettement de la France atteignait 84.5 % de son PIB en mars 2011( http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France ). Ce dernier chiffre est en augmentation constante puisque si l'on espérait que ce chiffre reste stable, il faudrait ramener le déficit à 0 %. Or on en est loin car les promesses les plus optimistes prévoient un déficit à 3 % d'ici plusieurs années ! Enfin, il faut parler de la « dette extérieure de la France », qui correspond à l'ensemble des engagements des administrations publiques et du secteur privé. Cette dette s'élève à environ 200 % du PIB pour la France ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_ext%C3%A9rieure ).

Pour imager la situation, la France est comme un ménage moyen ( un couple et 2 enfants ) qui possèderait tous ses biens à crédit, et qui en revendant l'ensemble de ses biens ne parviendrait pas à rembourser son crédit, car même en revendant tout son patrimoine il resterait surendetté. De plus, ce ménage aurait besoin pour vivre de s'endetter davantage chaque mois.

Ainsi, il est probable que les marchés ne prêteraient pas à l'Etat sauf à des taux exorbitants ( encore que... ). Cette proposition est une aberration qui mènerait au défaut de paiement de l'Etat français.

- certains parlent d'augmenter les recettes. En effet le "résultat" financier de l'Etat est la différence entre les recettes et les dépenses. En sachant que depuis des décennies en France les dépenses sont supérieures aux recettes, le résultat est donc négatif. Il s'agit par conséquent d'un déficit. Toutefois les recettes pour un Etat proviennent essentiellement des impôts et taxes. M. Sarkozy ou Mme Merkel pensent pouvoir équilibrer les budgets des Etats européens en augmentant les taxes. Néanmoins M. Hollande aussi sait bien qu'il ne pourra maintenir les dépenses qu'en augmentant les recettes. Pourtant augmenter les taxes aggravera la crise et ne la résoudra en rien.

Tout d'abord comme je l'ai expliqué plus haut, la France est surendettée, étouffée par les dettes qu'elle ne parvient pas à honorer. Taxer les Français et les entreprises, c'est à dire leur prendre de l'argent aurait un sens si ces derniers avaient de l'argent en abondance.

On parle de leur épargne. Mais quelle épargne ? Cette épargne ( livrets A, livrets LDD, PEL, assurance-vies ) servent justement à apporter des capitaux aux banques qui en ont cruellement besoin en ce moment. De surcroît, cette épargne permet à l'Etat et aux entreprises de financer leurs investissements ( grâce au livret A, la Caisse des Dépôts prête aux organismes sociaux de l’habitat, l'assurance-vie contient des obligations, etc... ). Prendre cette épargne consiste à scier la branche sur laquelle l'Etat est assis...

En taxant cette épargne, l'Etat aura seulement déplacé le problème. Les épargnants auraient perdu leur argent ( pour les remercier de leur travail ! ). Mais l'Etat qui aurait reçu un peu, se retrouverait dans une situation guère meilleure qu'initialement, à la différence près qu'il y aurait de moins en moins d'épargne à taxer, donc de moins en moins de recette !

Et puis les épargnants arrêteraient d'épargner dans ces conditions. Au pire, ils placeraient leur argent à l'étranger, aggravant davantage le problème.

Quant à taxer le travail, le résultat serait aussi catastrophique. Là encore, cette stratégie pourrait être fructueuse si d'une part le chômage était faible et la fiscalité sur le travail faible. Cependant à l'heure actuelle, c'est l'inverse. De plus en plus de travailleurs ne souhaitent pas "travailler plus pour gagner plus" pour être taxé plus ! Le travail est trop lourdement taxé ce qui, logiquement, inhibe le travail...

En conclusion, augmenter les taxes dissuade les Français de travailler, d'épargner et d'investir. Cela coûte de l'argent aux Français qui du coup consomment moins. La France rentre alors dans un cercle vicieux associant baisse du pouvoir d'achat, baisse de la consommation, récession.